Votre agence immobilière de Gentilly fait le bilan du marché immobilier un an après le début de la crise !

Partager sur :
Votre agence immobilière de Gentilly fait le bilan du marché immobilier un an après le début de la crise !

Un an après le début de la crise sanitaire, l’heure est au bilan pour le marché immobilier. Et une chose est sûre : s’il a été durement éprouvé dans son fonctionnement, il a malgré tout très bien résisté. Notamment en termes de volumes de transactions, puisque l’année 2020 se conclut à plus d’un million de ventes. De quoi faire de cette année pourtant chaotique un des meilleurs crus de l’immobilier. Votre agence immobilière de Gentilly fait le point.

En mars dernier, avant l’annonce du premier confinement, le marché faisait en effet face à un véritable engouement de la part des candidats à la propriété… Et puis la crise est passée par là, essoufflant les prix !

Globalement, les prix ont continué à augmenter au niveau national depuis le début de la crise sanitaire, il y a tout juste un an (+2%). Pour autant, MeilleursAgents note depuis la rentrée un changement de tendance orienté vers une stabilisation des prix. Si la hausse observée début 2020 s’est poursuivie sur tout le territoire à la sortie du premier confinement et tout au long de l’été, elle connaît en effet depuis septembre un net ralentissement. Plus ou moins marqué selon les communes, cet essoufflement des prix constaté au cours des six derniers mois s’explique par l’érosion progressive de la demande depuis un an. Mais pas de quoi néanmoins en tirer des conclusions trop hâtives quant à un hypothétique retournement de marché !

Le stock d’acquéreurs s’est peu à peu amenuisé

Aujourd’hui, on assiste à un rééquilibrage du rapport de force entre acheteurs et vendeurs. « Plusieurs facteurs expliquent cette fragilisation de la demande. D’une part, on retiendra la défiance des ménages face à l’incertitude des prochains mois, notamment une fois levés les filets de sécurité mis en place par l’Etat. En effet, la fin des dispositifs d’activité partielle pourrait entraîner une hausse rapide du chômage. D’autre part, il faut considérer la lassitude des Français face à une crise sanitaire qui semble se prolonger”, explique Thomas Lefebvre, directeur scientifique de MeilleursAgents.

O.D. / MySweetProd © Adobe Stock